Conférences

DU 29 OCTOBRE AU 6 NOVEMBRE 2022

Le public peut assister gratuitement à des conférences présentées par un spécialiste du monde de l’archéologie : archéologue, conservateur, restaurateur, scénographe, plasticien…

> Samedi 29 octobre

LA NÉCROPOLE DU PREMIER ÂGE DU FER DU PONTIL, À BIZE-MINERVOIS

Conférence de Virginie Ropiot, archéologue, responsable d’opérations, EVEHA – Etudes et valorisations archéologiques
Issue de l’ouvrage éponyme (éd. Archives d’écologie préhistorique)

Itinérance des RAN : Salle de cinéma de Bize-Minervois – horaire à venir

La nécropole du Pontil se trouve sur la commune de Bize-Minervois dans le département de l’Aude, à environ 20 km au nord-ouest de Narbonne. Elle a été fouillée en 2010, dans le cadre d’une opération archéologique préventive. Quinze sépultures ont été mises au jour. Elles se présentent sous la forme d’une fosse de plan circulaire et de profil tronconique, d’une profondeur variant en fonction de l’état de conservation de la structure. Quelques unes ont conservé leur dispositif de signalisation (amas de blocs de pierre) et/ou leur dalle de couverture, en position effondrée dans la fosse sépulcrale. Leur comblement est constitué d’un dépôt de récipients en céramique non tournée accompagnant l’ossuaire, qui contient les restes brûlés du défunt et ses objets personnels. Des reliquats de combustion du bûcher peuvent aussi être dispersés au-dessus de l’ouverture de la fosse.

> MERCREDI 2 novembre

LA TOMBE DE TOUTÂNKHAMON : L’ENVERS DU DÉCOR

Conférence d’Amandine Marshall, égyptologue, autrice et réalisatrice, suivie d’une dédicace de ses livres. A l’occasion des 100 ans de la découverte de la tombe par Howard Carter.

Abbaye de Fontfroide – 16h / 17h30

1922. Après sept saisons de fouilles infructueuses dans la Vallée des Rois, Howard Carter découvre la tombe du pharaon Toutânkhamon. La sépulture révèle au monde entier les trésors fastueux inhumés avec le jeune roi, plus de 5.000 pièces au total ! Cette conférence révèle la face cachée de cette découverte, sur les traces des voleurs antiques qui pénétrèrent à deux reprises dans la tombe, et sur les multiples couacs rencontrés par les ouvriers au moment des funérailles du souverain.

> Jeudi 3 novembre

LES 750 ANS DE LA CATHÉDRALE SAINT JUST ET SAINT PASTEUR DE NARBONNE

Conférence de Jacques Michaud, professeur et président de la Commission archéologique de Narbonne.

Palais-Musée des Archevêques – Salle des Synodes – 18h30 / 19h30

« Jamais la France ne fut si grande qu’au cours du XIII°s » assurent bien des auteurs et des historiens… A l’appui de cette affirmation, on ne peut qu’évoquer ici, à Narbonne, la forte et enthousiaste intuition de l’un de nos plus grands languedociens, le saint-gillois Guy Foulques qui, une fois devenu le pape Clément IV, après avoir été un temps archevêque de la ville, réalisa son rêve conçu pour Narbonne  : l’envoi à son successeur Morin de la première pierre de la nouvelle cathédrale.
Cette pierre, fut posée solennellement à Narbonne le 2 avril 1272. Incrustée d’une croix d’or, venue (elle aussi) de Rome, elle marqua le départ d’un édifice dont la portée symbolique mérite d’être expliquée à nos contemporains. Architecture, mystique, allégorie, droit, société, histoire, joies et peines, tout cela peut être évoqué à propos de ce haut-lieu patrimonial.

> VENDREDI 4 novembre

DES BRONZES À LA MER; L’ÉPAVE PROTOHISTORIQUE DE ROCHELONGE À AGDE

Conférence de Jean Guilaine, professeur émérite au Collège de France et membre de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, Dominique Garcia, président de l’Inrap, et Jean Gasco, préhistorien chargé de recherche CNRS.

Médiathèque du Grand Narbonne  – 18h30 / 20h

Découvert dans le secteur du Cap d’Agde il y a près de 60 ans, les bronzes de Rochelongue (près de 1700 objets et des centaines de kg de lingots) constituent la plus importante découverte sous-marine de mobiliers métalliques de l’âge du Fer en Méditerranée nord-occidentale. Cette probable épave témoigne de l’activité métallurgique des sociétés protohistoriques méridionales mais aussi du commerce avec la péninsule ibérique et des contacts avec les Étrusques et les Grecs. La conférence présentera, pour la première fois, les résultats inédits de l’étude menée par Jean Guilaine, Dominique Garcia et Jean Gasco.)

> SAMEDI 5 NOVEMBRE

LA CANDIDATURE AU PATRIMOINE MONDIAL DE « LA CITE DE CARCASSONNE ET SES CHATEAUX SENTINELLES DE MONTAGNE » , LA TRANSMISSION D’UNE VALEUR UNIVERSELLE EXCEPTIONNELLE.

Conférence d’Anaïs Monrozier, cheffe de projet, et David Maso de l’association Mission Patrimoine Mondial 

Palais-Musée des Archevêques – Salle des Synodes – 15h30 / 16h30

Le Département de l’Aude porte le projet de candidature pour l’inscription au patrimoine mondial de l’Unesco d’un « bien en série » composé des châteaux d’Aguilar, Lastours, Montségur, Peyrepertuse, Puilaurens, Quéribus et Termes, associés aux fortifications de la cité de Carcassonne. Cette candidature est fondée sur la reconnaissance par le Ministère de la Culture de la « Valeur Universelle Exceptionnelle » (VUE) de cette série de monuments dont l’intérêt culturel dépasse largement les frontières nationales. La VUE découle de l’histoire de ces sites tous reconstruits dans la seconde moitié du XIIIe siècle, par le pouvoir royal français, à l’issue de la croisade contre les Albigeois. Ce réseau conçu autour d’une cité centrale puissamment fortifiée, constitue un témoignage unique de système défensif territorial de défense, coordonné et homogène, annonciateur des débuts de l’État centralisé en France.

Avant d’être évaluée par les instances internationales du patrimoine mondial, le bien candidat doit franchir une à une toute une série d’étapes permettant de constituer un dossier présentant argumentaire scientifique, justification d’intégrité et d’authenticité, analyse comparative internationale mais aussi garanties de protection des monuments et des paysages environnants, modalités de préservation et de mise en valeur de la VUE à travers le temps.

ien en série et la diffusion de celles-ci auprès des acteurs de la recherche scientifique, de la médiation, de l’éducation et de la formation.

> dimanche 6 novembre

LA VENUS DE LESPUGUE REVÉLÉE

Nathalie Rouquerol, préhistorienne, diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste en histoire de la préhistoire.

Palais-Musée des Archevêques, salle des Synodes – 14h / 15h30

Nous célébrons en 2022 le centenaire de la découverte de la Vénus de Lespugue. Il y a cent ans en effet, Suzanne et René de Saint-Périer exhumaient de la grotte des Rideaux (Haute-Garonne) une sculpture de 14,4 cm en ivoire de mammouth. Ce petit personnage féminin, daté de 25 000 ans environ, miniature stylisée, n’a cessé depuis d’intriguer par ses formes généreuses. Devenue une icône de la préhistoire, connue dans le monde entier, inspiratrice de nombreux artistes depuis, elle n’avait jusqu’alors pas dévoilé tous ses secrets. Car cette œuvre d’un incontestable maître sculpteur, peut-être jamais inégalée, n’avait, jusqu’à il y a peu, pas été étudiée, méditée, observée, comme l’a fait Nathalie Rouquerol. 

La description de l’Égypte et la révélation de l’architecture pharaonique

Conférence avec Jean-Claude Golvin, architecte, archéologue et illustrateur, et Christine Didier, historienne et archéologue.

Palais-Musée des Archevêques, salle des Synodes – 16h / 17h

Conférence avec Jean-Claude Golvin, architecte et archéologue, et Christine Didier, archéologue spécialiste de l’Antiquité à Menton.